Cornay

Le château de la famille De Pouilly

C’est le joyau de l’Argonne ardennaise. Le village est bâti au pied d’un éperon barré, relief qui le domine de ses aplombs imposants. Sur ce site naturel se dressait une motte refuge, place idéale pour dresser une forteresse. Plus bas, deux mottes avec leurs forts séparés par de profondes tranchées (le petit et le Grand Bayle) complétaient le caractère défensif du site.

Après les forteresses féodales, c’est une belle résidence qu’Henri de Pouilly (1451-1555) fait construire en gaize, la pierre du pays, à bonne hauteur, juste au dessus de la Croix de Bayle.

Cornay 5

La construction du château actuel s’est échelonnée jusqu’en 1914 en conservant le style Renaissance du château bas dont les fondations s’appuient sur la roche. Jean de Pouilly, sculpteur de grand talent engage à partir de 1905 les travaux les plus importants. Il construit l’aile en équerre qu’il perce d’une porte charretière. Il incorpore dans le gros œuvre les lucarnes et d’autres éléments architecturaux néogothiques flamands qu’il a récupérés dans le vieux Bruxelles. En 1910 il élève la tour côté est puis, entre 1911 et 1914, la seconde tour et le charmant pavillon à l’angle extérieur. L’artiste a le talent de façonner un ensemble architectural harmonieux de style renaissance.

 Cornay 1    Cornay 2

 

En 1918 le château et le village sont fortement endommagés. Jean de Pouilly de retour de sa captivité en Silésie s’attache à la restauration de sa demeure. Il sauve de la destruction la porte Saint-Vincent de la maison d’un vigneron du village en l’intégrant à la façade arrière de tour carrée est où vous pouvez l’admirer. Une imposante pierre jaune, près de l’échauguette de l’angle portait une inscription gravée indiquant le séjour du Kronprinz le 2 juin 1918. Elle a été martelée en 1940 par des soldats français.

Cornay 3

En quittant le château montez jusqu’au cimetière communal qui compte de nombreuses croix en fer forgé offertes par le maître des forges aux familles des ouvriers défunts. Entrez dans l’église castrale où se trouvent des stalles provenant de la vente, après la Révolution, des mobiliers de l’abbaye de Chéhéry.

Cornay 4

* * * * *

N'hésitez pas à nous faire part de tout commentaire, complément, remarque, question, ..... ici        Merci

Vous pourrez ainsi engager un dialogue et participer à l'animation du réseau des adhérents ; de notre côté, nous publierons une synthèse de ces contributions sans dévoiler les auteurs bien sûr !