stella 1 deux mosaïques identiques décorent la façade                                                                      Encore faut-il savoir écouter et comprendre, ce témoin contemporain de la vie vouzinoise ! Il a beaucoup à livrer de sa mémoire, à faire se remémorer les belles heures du cinéma à Vouziers. Mais avant cela son édification témoigne d’une évolution majeure dans l’histoire de la construction, de la place prépondérante que va prendre le béton armé dans le bâti de l’entre deux-guerres. Des Vouzinois ont joué un rôle prépondérant dans la mise en œuvre de ce nouveau matériau.

 


Le patrimoine réunit une dimension matérielle et une ou des mémoires ! C’est à ce double titre qu’il est essentiel de le sauvegarder, de le valoriser.

Entrons dans la mémoire du Stella !

La construction novatrice : Le Palace Cinéma installé rue Chervin, au coin de la rue Gaignière est un cinéma populaire qui connaît le succès. La bourgeoisie locale considère que c’est un lieu de frivolité, voire de perdition. Un projet de construction d’une salle paroissiale se fait jour. Charles Ernest Quentin, curé de Vandy anime « le cinéma des familles », une tournée de cinéma dans l’arrondissement qui « procure une saine distraction ».Il mobilise les moyens et les énergies des catholiques locaux. Une souscription populaire est lancée en même temps qu’on cherche un nom pour cette salle. Stella l’emporte par 110 voix.

stella 6sur le chantier en 1933, en soutane l'abbé Quentin, à sa gauche Charles Glandier

 

une ossature ajourée de Béton stella 7

 

Le 24 juillet 1933, une SCI (société civile immobilière) achète une importante propriété à M. et Mme Lerond-Stévenot, négociants en vins fins, rue du Chemin salé. Les plans de la salle sont de l’architecte Pierre Loupot qui s’est inspiré des salles parisiennes qu’il est allé visiter. En décembre 1933, le gros œuvre est quasiment achevé. Les Vouzinois découvrent de nouvelles techniques de construction mises en œuvre par l’entreprise de Charles Glandier. Un squelette constitué de forts piliers en béton et de dalles constituent l’ossature du vaste bâtiment. Le toit est couvert d’une fine voûte en béton. L’ingénieur Albert Caquot met son expertise au service de ce chantier novateur. Cette technique de construction permet de créer de vastes espaces totalement utilisables, ce qui est idéal pour un cinéma. Les murs en briques sont élevés simplement en remplissage de la structure en béton.

Le cinéma : Le 16 juillet 1934 le Stella accueille sa première manifestation : la distribution des prix du pensionnat Saint-Louis présidée par Monseigneur Paulot. La salle impressionne par sa taille et sa modernité. 700 fauteuils, 950 avec les strapontins, 300 personnes au balcon. 35mètres de long sur 13m de large, 11mètres sous la voûte. Des ingénieurs ont été mobilisés pour l’acoustique, l’éclairage, le chauffage. Une fosse d’orchestre, des loges en sous-sol ont été prévues. L’hygiène et la sécurité sont prises en compte dans les aménagements.

stella 2 la scène et l'écran, carré à l'époque  

stella 4le hall d'entrée et la cabine de la caisse 

   

 le balcon et la cabine de projection où plusieurs projecteurs se relaient

stella 3

 

Des soucis financiers contraignent la SCI à accepter dès le 2 juillet 1934 la proposition de Marcel Thirriot, pdg de Nord-Est Cinéma, de prendre la Direction du cinéma. Le vendredi 14 septembre 1934 le cinéma est officiellement inauguré. Marcel Thirriot en prend la direction générale. Pendant les 3 jours de la fête communale, 1500 personnes viennent le découvrir. En février 1935, le cinéma est mis en gérance à Nord-Est Cinéma. Mais la situation s’aggrave avec la guerre et le cinéma est mis en vente. Les consorts Glandier l’acquièrent. Le 6 décembre 1957, Marcel Thirriot achète pour la société Nord-Est Cinéma, le cinéma à Mme Soidé Justine Hyacinthe, veuve de Charles Glandier. Une rénovation complète de la salle est effectuée, le Stella est remis à neuf. Mais au fil des années le cinéma perd sa rentabilité. Jean-Paul Thirriot qui a succédé à son père, Marcel Thirriot propose de vendre le cinéma à la ville. La salle s’est très vite dégradée et la ville ne donne pas suite à cette proposition. Le 27 janvier 1985 à 21 heures, le Stella donne sa dernière séance. À l’affiche Les Gremlins. Il y a 64 personnes dans la salle.

stella 5

le Stella désafecté

Le Stella a vécu. Les Tourelles vont assurer la relève que chacun connaît.

* * * * *

N'hésitez pas à nous faire part de tout commentaire, complément, remarque, question, ..... ici        Merci

Vous pourrez ainsi engager un dialogue et participer à l'animation du réseau des adhérents ; de notre côté, nous publierons une synthèse de ces contributions sans dévoiler les auteurs bien sûr !